Trophée

Le trophée : une vision artistique pour célébrer un maître de l’Art

100601-0004100601-0003100601-0002

Pour le concours du meilleur caviste de France, Cynthia Lefebvre a réalisé trois trophées en céramique émaillés. Chaque pièce est une œuvre originale unique signée de l’artiste. Un vrai challenge pour la jeune artiste car il n’est pas si simple d’exprimer ainsi la profession :

Voir la Dotation.

100601-0396

Le Meilleur Caviste de France

« J‘ai conçu ces trophées comme des formes à double lecture : l’idée était de pouvoir y voir une bouteille autant qu’une silhouette humaine. Une façon d’évoquer à la fois le caviste et l’objet de sa profession. L’argile et le chêne (utilisé pour les socles) me semblaient des matériaux parfaitement adaptés à la réalisation de ces trophées : naturels, nobles et exigeants. Des qualificatifs que l’on pourrait certainement utiliser également pour parler du travail mené par les cavistes et de leur environnement direct : le domaine viticole.

Il m’a semblé important que les 3 trophées soit conçus dans le même esprit tout en étant différents les uns des autres : un moyen de mettre en valeur la singularité de chaque caviste lauréat. J’ai donc cherché un équilibre entre une certaine unité de l’ensemble tout en jouant sur la diversité.

 100601-0001

Ces formes que j’ai sculptées à partir d’une argile blanche s’emboîtent les unes dans les autres. Ce jeu d’emboîtement m’a permis d’évoquer la variété d’une cave, la façon dont elle se construit, dont elle évolue : un lieu qui est finalement en constante mutation. C’est cette imbrication de petits contenants qui donne sa forme à l’ensemble tout comme les compétences, les connaissances, les saveurs s’emboîtent au sein d’une cave et en font un lieu riche et varié.

Le caviste est représenté ici comme un garant « multistrate » de la transmission d’un certain patrimoine viticole qu’il défend. La bouteille qui appelle à s’ouvrir est en elle-même le symbole d’un métier qui encourage l’échange et l’ouverture. C’est ici un objet contenant symboliquement en creux toute la richesse des caves que les cavistes s’attellent quotidiennement à mettre en valeur et à nous faire découvrir. »

L’interview de Cynthia Lefebvre :

  • D’emblée, quelle est votre vision du caviste ?

Si je devais résumer en quelques mots ma vision du caviste voici les termes qui seraient pour moi les plus représentatifs : passion / échange / écoute / découverte / conseil.

 Je vois le caviste comme quelqu’un qui ouvre sa cave autant qu’il s’ouvre aux désirs et besoins de son client. Quelqu’un qui a fait le choix d’un métier de passion et de caractère qui allie écoute, connaissance et adaptabilité. Un métier qui nécessite une grande « soif » de découvrir toujours et encore… et de partager.

Et de même qu’un artiste est le témoin de son temps et le relais, (…), le caviste est sans nul doute le meilleur relais de la diversité, de la qualité et de la richesse de notre patrimoine et de nos terroirs viticoles. Il est témoin d’une histoire, celle du vin et de ceux qui le produisent, histoire qu’il transmet à son tour par le choix de sa sélection et les découvertes qu’il suscite.

 Il éveille le plaisir des sens, le plaisir du goût et des arômes, le plaisir de vivre un moment de convivialité : le plaisir de se rencontrer et d’échanger, tout simplement. Ce sont des qualités humaines qui paraissent peut être évidentes mais qui sont pourtant rares aujourd’hui : écouter et comprendre, savoir s’adapter pour mieux conseiller.
________________________________________________

  • Pouvez vous présenter votre domaine artistique, le matériau, ce qui vous motive à le travailler, quels résultats vous obtenez, quelle est votre « touche » … ?

Je ne me considère ni sculpteur, ni céramiste, ni peintre, et je n’aime pas du tout ce nom très à la mode de « plasticien ». Les étiquettes trouvent bien mieux leur place sur de bonnes bouteilles mais s’il en faut une je préfère alors le terme anglais de « visual artist », qui correspond davantage à mon travail.

Mon travail se situe entre entre robustesse et fragilité. Le rapport au geste et au processus y est essentiel. Les formes qui en sont issues mettent en lumière contradictions et paradoxes. Au travers des formes, des images et des objets, il peut parfois  prendre une dimension narrative et évoque des lieux et des états en mutation. 

Jouant d’oppositions, je travaille régulièrement autour des notions de contenu / contenant par l’utilisation de formes simples comme le pot, le vase, la tasse….

Mes recherches s’appuient sur les principes fondamentaux de la sculpture (vide / plein, verticalité, permanence) pour mieux les remettre en question.

Je travaille avec des matériaux nombreux et très différents : la porcelaine a actuellement une place centrale dans mon travail mais elle côtoie le plâtre, le dessin au fusain, la photographie…. et rien ne dit que la balance ne va pas s’inverser à un moment ou un autre ! 

La porcelaine est un matériau noble et exigeant. Elle est précieuse et fragile comme l’est sans doute la relation du caviste et de son client. C’est un matériau qui demande lui aussi du temps et de l’écoute !

Il est un peu tôt pour dévoiler ce que seront ces trophées mais je peux d’ores et déjà dire qu’ils traduiront ma vision du caviste décrite plus haut et les caractéristiques qui lui sont propres à savoir des compétences rares et diverses, dont les qualités humaines sont pour moi le point principal.

 Je réponds relativement rarement à des commandes, l’aspect conceptuel de mon travail le permettant difficilement. C’est le sujet même de ce concours et les ponts variés que j’y ai vu entre Art et Vin qui m’a fortement intéressée. La grande liberté dont je dispose pour imaginer ces trophées est très appréciable et me permet de réfléchir à des formes nouvelles tout en restant très proche de mon travail et de ma sensibilité. Disons que j’ai carte blanche ! Et c’est très stimulant !

________________________________________

Serez-vous le meilleur caviste de France 2014 ?

Left Menu Icon
Logo Header Menu